05 septembre 2007

Camille Gandilhon


Camille Gandilhon Gens d'Armes, poète arverne.



Longue et belle correspondance au jeune poète Félix Bonafé. Gandilhon lui parle des écrivains auvergnats et de leurs oeuvres : Marcelle Tinayre, Jean Ajalbert, Henri Pourrat, ou encore Etienne Marcenac pour qui le jugement est plus sévère. «Marcenac dont vous me parlez est un vrai poète, mais il a un style et une forme qu'il n'a jamais su améliorer. C'est un primaire qui n'a pas tenté de se créer un instrument digne du talent réel qu'il a. Il écrit gauchement et c'est, semble-t-il, irrémédiable chez lui [...]». Ce mentor donne aussi de longs conseils de lecture et de versification. «Vous avez lu Verlaine, Mallarmé et Valéry. Verlaine peut vous suffire. Les deux autres demandent une certaine initiation ; c'est de la poésie pour initiés». Il fait aussi une analyse critique de l'essai poétique de Bonafé. Gandilhon passe de longues heures à cultiver son jardin, ce qui le fatigue physiquement et intellectuellement. De plus, la situation politique le préoccupe : il donne son point de vue sur le débarquement en Afrique du Nord, la débacle allemande et la "sourde révolution" qui l'accompagne, le procès Pétain-Laval. Malgré la déprime qui le gagne, il s'efforce de poursuivre l'écriture de ses chroniques ; il débute aussi une traduction libre de Heine. Au crépuscule de sa vie, il évoque quelques souvenirs, comme cette anecdote sur Jarry. «En classe de Bergson où les élèves affluaient, 1891 (lycée Henri IV). Bergson : monsieur Jarry! Je vous prie de vous assoir! - Il n'y a plus de place. - Trouvez-en une. Jarry alors se dirige vers un de nos camarades qui s'appelait Videcoq-Wély. - Ah! J'ai trouvé une place! Je vais m'asseoir entre Videcoq et Wély (rire général). Jarry, breton, admirait en moi l'arverne car, disait-il, il fallait la patiente énergie des porteurs d'eau auvergnats pour éteindre l'incendie des volcans. Ah! De rudes types!" [...]».

lettres autographes signées. Nombre de document : 14 Nombre de page : 42 petit in-4 et in-12 Une enveloppe et une carte de Mme Gandilhon jointes. bon -

Gandilhon Gens d'Armes Camille 1871 1948 Poète cantalien, membre du mouvement poétique d'avant-garde "les loups", auteur des Poèmes arvernes. ( Poètes Cantaliens Arverne )


Marchand: Traces écrites
Neussargues


Prix : 880.00 EUR Commander

2 commentaires:

Francisco Ide a dit…

happy pataphysical new year!!!

Anonyme a dit…

Bonjour,
Camille Gandilhon Gens d'Armes était mon arrière-arrière-grand-père, et je viens de tomber sur votre article qui certes date un peu, mais j'aimerais savoir si vous possédez toujours ces archives.
Merci de me contacter par email : boupii@gmail.com
Cordialement,
Lucie